Isidore Petitjean


Un Communard déporté en Nouvelle Calédonie

Ce soir, je découvre enfin le contenu de la grosse enveloppe qui est arrivée en septembre des archives du service historique de la défense mais que je n’avais pas encore eu le temps d’analyser. Dans ce dossier se trouvent les dossiers de deux des trois époux de l’incroyable Clémentine Noyon, tous les deux Communards, déportés au bagne de Nouvelle Calédonie.
Je résiste pour empêcher mon esprit d’imaginer le siège de Paris, la Commune et la semaine sanglante car il faut bien remettre les personnes de ma généalogie impliquées dans ces événements en place et ce n’est pas évident car la branche la plus concernée est vraiment la championne des mariages « croisés » et des situations compliquées et souvent difficiles si elles ne sont pas dramatiques.

Voyons le petit schéma suivant :

 
Charles Muyllaërt, mon arrière-grand-père, est le fils de Hortense Merda et de son deuxième époux François Muyllaërt.
Hortense Merda, par son premier mariage, est la belle-sœur de Clémentine Noyon, mariées successivement à deux Communards et ayant elle-même joué un rôle fort important dans tous ces événements tant et si bien qu’elle est médaillée militaire.
De plus, Clémentine Noyon est la demi-sœur de Julia Noyon, qui finira au bagne, qui est la
demi-sœur de Hortense Merda. Et donc, Julia Noyon est également la demi-sœur d’Henri Noyon, le premier mari de Hortense Merda.
Il faut croire que ce genre de situation plaît beaucoup dans cette branche de ma famille puisque Hortense Merda mariera Henriette, la fille qu’elle a eue de son premier mari, avec Léon Muyllaërt, le fils que son deuxième époux a eu de son propre premier mariage… Henriette Noyon et Léon Muyllaërt, ensemble, ont été élevés par Hortense Merda et François Muyllaërt.
Ca y est, mes doigts restent en suspend au-dessus de mon clavier, tout mon corps se fige… mon esprit vient de le quitter pour s’élever, partir à la recherche de celui d’Isidore Emile Petitjean …

Paris est dévasté, ce ne sont que bruits de cavalcades, cris et détonations ; les pieds des rares passants glissent sur les pavés imbibés du sang des cadavres d’hommes et de femmes que l’on voit un peu partout aux milieux des bâtiments ruinés…
Barricade de la rue de Flandre
Voici le pont de Flandre où plus un train ne circule… il y a un petit groupe d’hommes dans le terrain vague avoisinant ; un vieillard est agenouillé… Ah mon Dieu ! Ce n’est pas possible ! C’est JosephLapostre, un de mes ancêtres, il est couvert de crasse et du sang de son fils Adolphe dont le corps exsangue duquel s’échappe un râle presque imperceptible maintenant gît sur le sol terreux de ce lieu sordide…
Nous sommes donc le 26 mai 1871… il faut que mon esprit remonte encore un peu le temps…

Ah, j’y suis ! Nous sommes maintenant le 03 avril 1871, sur le plateau de Châtillon… Vous êtes là, Isidore Petitjean, au milieu de vos nombreux compagnons et Clémentine Noyon, votre épouse, est toujours à vos côtés… vous venez d’être arrêtés, on vous conduit à Versailles où vous allez être jugés… Il y a d’étranges raccourcis dans la vie : votre épouse a été décorée en janvier précédent de la médaille militaire par le Général Vinoy qui vient de donner l’ordre de votre arrestation… Il faut dire Isidore que votre situation est un peu nébuleuse… les témoignages et vos déclarations sont contradictoires… Et oui Isidore, j’ai en mains toutes les pièces de votre procès… car une enquête a été diligentée. Oui, je comprends que vous soyez bien étonné que, si longtemps après les événements, je m’intéresse à votre petite personne et que j’ai exhumé des pièces signées de votre main et relatant les paroles que vous avez prononcées pour votre défense en 1871 et 1872.
Certains rapports, qui figurent au dossier, ne vous présentent pas sous votre meilleur jour. Il vous est, entre autres choses, reproché d’avoir fait commerce d’une grande quantité d’objets et d’effets que vous alliez chercher à l’aide de la voiture qui était à votre disposition en votre qualité de cantinier au 127è bataillon de la Garde Nationale où votre femme était également cantinière ; le commissaire de police prétend que ces objets que vous commercialisez  proviennent de pillages ou d’achats que vous faites directement auprès des Prussiens du côté de Saint-Denis. Naturellement, vous soutenez n’avoir jamais rapporté que ce qui était nécessaire à votre commerce de cantinier.
Plus grave encore, des témoins disent vous avoir vu avec les galons de caporal, armé et ayant fait usage de votre fusil. Bien entendu, vous contestez avoir fait usage d’une arme pour la bonne raison que vous n’en avez jamais eu et vous déclarez n’avoir jamais porté un autre uniforme que celui de cantinier.
Ce ne sera que le 06 mai 1872 que le jugement sera prononcé :
  • Petitjean Isidore Emile est-il coupable d’avoir en mars, avril et mai 1871, à Paris, dans un mouvement insurrectionnel, porté des armes apparentes ? La réponse est « oui » à l’unanimité
  • Le même est-il coupable d’avoir en mars, avril et mai 1871, à Paris, dans un mouvement insurrectionnel porté un uniforme militaire. La réponse est « oui » à l’unanimité.
  • A-t-il à la même époque et au même lieu dans un mouvement insurrectionnel, fait usage de ses armes ? La réponse est « non » à l’unanimité.
  • Circonstances atténuantes ? Trois voix vous les accordent, quatre vous les refusent.
Le conseil vous condamne donc, à l’unanimité, à la peine de la déportation simple et à la dégradation civique.
"le Garonne"
Vous embarquez à bord du bateau « la Garonne » qui prend le départ le 31 juillet de cette même année 1872 et qui voguera plutôt tranquillement sous les ordres du capitaine Rallier ; plus de cinq-cents déportés vous accompagnent jusqu’à Nouméa en Nouvelle Calédonie où vous arrivez le 05 novembre 1872.
Il y a encore quelques incohérences… vous avez été arrêté le 03 ou 04 avril 1871 mais vous êtes considéré comme étant actif dans un mouvement en mai de la même année...


Oui bien entendu Isidore que j’ai vraiment trop résumé cette partie très importante de votre vie mais voyez-vous, il faut maintenant que mon esprit regagne mon corps pour que mes mains puissent actionner le clavier de mon ordinateur pour que, déjà, je puisse retranscrire ce que nous venons d’évoquer de votre procès. Mais il faut que je vous dise que vous tenez une place importante dans le livre que je consacre à ma branche Rahïr-Merda dont vous faites partie par votre mariage avec Clémentine Noyon, apparentée à mon ancêtre Hortense Merda… Oui je sais c’est, à première vue, assez compliqué mais reportez-vous au schéma généalogique en haut de ce texte, tout devrait être un peu plus clair.
Rassurez-vous Isidore, je ne sais pas vraiment tout à votre sujet car je ne sais pas ce qu’est devenue Delphine, votre fille, née à Avesnes, dans le Nord, le 28 octobre 1855 et, si dans les pièces du dossier de votre procès, il est bien dit que vous êtes le père d’une fille, l’âge annoncé de cette enfant ne semble pas correspondre à celui que Delphine aurait eu en 1871.

Catherine Livet

Ce texte est rédigé dans le cadre du #RDVAncestral d'octobre 2019

Petit texte lié : Adolphe Lapote
Vous pouvez également consulter : de Rahïr à Merda (présentation) où vous découvrirez la Nouvelle Calédonie et les "bagnards" de ma généalogie

Sources/bibliographie
  • archives du Nord
  • archives de Paris
  • archives du service historique de la défense

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour cette lecture.
Ecrivez moi un petit commentaire, je suis toujours heureuse d'échanger quelques mots avec les personnes cachées derrière les écrans.