mardi 27 avril 2021

27 avril 1912

 Bonjour mon lecteur,

Souvenons-nous, Jules Bonnot a été blessé, lors d'une perquisition à Ivry-sur-Seine, où il a tué Monsieur Jouin, sous-chef de la sûreté nationale. Il a réussi à fuir et à se faire soigner par un
pharmacien en prétextant un accident domestique.. mais le pharmacien n'a pas été dupe et prévient la police qui, quelques jours plus tard, va pouvoir surprendre la bande de malfaiteurs dans leur cachette à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne.

Jules Bonnot se barricade à l'étage dans la maison assiégée par les forces de l'ordre très largement mobilisées... le préfet de police Louis Lépine, la garde républicaine, divers corps de police et même un régiment de Zouaves sont sur les lieux.

Il y a des échanges de coups de feu jusqu'au moment où il est décidé de placer une charge de dynamite pour faire sauter la maison.
Bien que grièvement blessé par l'explosion, Bonnot continuera à tirer sur les policiers... avant de s'écrouler...

Il décèdera le lendemain à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu où il avait été transporté dans un état critique : "Jules Joseph Bonnot, mécanicien, sans domicile connu, célibataire, né à Port-à-Roide dans le Doubs le 16 octobre 1876, fils de Jules et de Hermance Moutot"
Une précision, Bonnot avait épousé en 1901 Sophie-Louise Eugénie Bundet à Vouvray dans l'Ain.

Les membres survivants de la bande à Bonnot seront jugés en février 1913.

A bientôt,

Catherine Livet

"Mes ancêtres et la Commune de Paris" est en mode souscription jusqu'au 02 mai 2021 - 23 h 59 ; une version numérique est prévue pour la fin mai.

Vers d'autres dates


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour cette lecture.
Ecrivez moi un petit commentaire, je suis toujours heureuse d'échanger quelques mots avec les personnes cachées derrière les écrans.