samedi 17 avril 2021

Jules Edmond Télémaque Rahïr

 

#RDVAncestral du 17 avril 2021

Comme souvent, je laisse mon esprit vagabonder et sautiller vivement  d’une idée à l’autre jusqu’à ce que l’une d’entre elles accapare toute son attention et que, oubliant tout le reste, il se focalise sur elle… Aujourd’hui, il faut bien dire que mon esprit a envie de voyages lointains et c’est tout naturellement qu’il est parti à la rencontre d’un être du passé à l’âme aventurière…

Il faut que je te dise Jules Edmond Télémaque Rahïr que, sur terre, j’avais presque renoncé à te chercher après avoir consulté ta fiche matricule qui m’indiquait que tu étais allé courir le monde !

Et puis, un jour, j’ai eu quelques scrupules, car il se trouve que je connais bien tes grand-tantes et tes arrière-grands-parents dont je suis aussi une descendante. Et oui, je le conçois, c’est un peu compliqué pour toi, très éloigné de mon époque, surtout que tu n’as pas connu tes arrière-grands-parents, mais regarde, je vais te montrer un schéma que j’ai préparé pour que tout devienne plus simple pour tous ceux qui voudront bien lire ces quelques lignes.

Si tu le veux bien, je vais t’appeler Jules bien qu’il me semble que le prénom de Télémaque ait eu une grande importance pour ta famille.

Mon pauvre Jules, tu es arrivé, le 16 juin 1859 à Lerzy dans l'Aisne, dans le foyer très misérable de ton père, Narcisse Bélisaire, et de ta mère, Rosalie Octavie Gérard, où tu as été accueilli par ton aîné de six ans à qui on a donné les mêmes prénoms que ceux de votre père. Votre mère, dont tu ne dois pas te souvenir, décède en 1863 mais ton père se remarie l’année suivante avec Marie Honorée Wardé qui va donc s’occuper de vous et puis en 1872, elle aussi va quitter la table du difficile jeu de la vie terrestre et va donc vous abandonner, ton frère et toi ainsi que votre demi-sœur Alice. Ton père va alors épouser Marie Anne Hourdeau qui va sans doute s’occuper de la petite Alice, mais ton frère à alors 19 ans  et est pratiquement autonome et tes 13 ans te permettent de toucher le fruit de ton travail.

De toutes les façons, je te perds de vue durant ton enfance et ce n’est que lors de ta 20e année, à la lecture de ta fiche matricule que j’ai retrouvée aux archives de l’Aisne, que je peux avoir une idée de ton destin.

Mais là ! Surprises ! D’abord, ton degré d’instruction générale est plutôt élevé car tu sais lire, écrire et compter… Ce n’était pas gagné ! Bravo !

Ensuite, j’apprends que tu as quitté l’Aisne pour tenter ta chance à Paris… Bon, cela n’a rien d’exceptionnel… mais tu vas bientôt connaître du pays. De bonne taille, 1,72 m, en bonne santé, tu vas être enrôlé dans le 17e régiment d’artillerie le 13 septembre 1880.

Mais voilà que pendant que tu effectues ton service militaire, très loin de la métropole, ton destin se met en place.

Jonques sur le Fleuve Rouge - Tonkin
La France possède quelques provinces lointaines et pour ce qui nous intéresse ici, nous ne parlerons que de la Cochinchine(1). Là-bas, alors que les Français tentent de prendre possession du Fleuve Rouge - le 
Yuan Jiang, au Tonkin(2), qui permettrait d’avoir un débouché commercial avec la Chine -  les Chinois et les Pavillons Noirs se dressent devant eux.

Les Chinois, revendiquent quelques prétentions sur le Annam, un de leurs anciens protectorats qui se trouve sur le territoire convoité par les Français et laissent les Pavillons Noirs – du nom de leur étendard -, des soldats irréguliers qu’ils avaient pourtant chassés de Chine, se porter contre la France.

Le gouvernement de Jules Ferry décide alors de lancer une expédition.

Pavillons jaunes enrégimentés par les Français (3)

Tu fais partie du voyage et tu participes à la campagne du Tonkin du 10 janvier 1884 au 1er juillet 1885 date à laquelle tu es passé dans la réserver de l’armée active.

Je pense que c’est cette découverte forcée de l’envoûtant pays que nous appelons aujourd’hui Viêt Nam qui va faire naître en toi le goût des voyages… Jusque-là, avais-tu imaginé que tant de différences pouvaient exister d’un pays à l’autre, d’un individu d’ici et de là-bas ?

A peine libéré de l’armée, tu vas partir visiter le monde… d’abord à l’intérieur de la France et puis, à plusieurs reprises, tu vas aller explorer les Amériques…

Ton incroyable mobilité aurait pu me faire perdre ta trace, mais tu as eu la bonne idée de te marier à Paris…

Mon cher Jules, le temps passe très vite sur terre et il faut absolument que mon esprit quitte le tien pour qu’il puisse retrouver mon corps et que ma petite personne terrestre reprenne le cours de sa vie… J’ai encore des choses à accomplir… dont la transcription de notre merveilleuse rencontre pour que mes descendants puissent lire pendant très longtemps ton incroyable existence. L’histoire n’est pas terminée et il va falloir que nous nous rencontrions une nouvelle fois… si tu le veux bien.

Catherine Livet

(1) Sud de l'actuel Viêt Nam - Indochine, sud de la Chine, est de l'Inde sur le continent asiatique
(2) Une partie du Viêt Nam actuel était appelée Tonkin
(3) https://collections.musee-armee.fr/le-grand-mandarin-lanterne-au-tonkin-les-photographies-du-docteur-hocquard/

 Mon livre "Mes ancêtres et la Commune de Paris" sort le 03 mai prochain, mais les souscriptions sont ouvertes avec une expédition à partir du 05 mai suivant. 

Vers l'ensemble de mes #RDVAncestral  

Vous aussi vous pouvez participer. Tout le monde est invité, chaque 3e samedi du mois. Vous voulez en savoir plus, vous voulez lire l'ensemble des publications, une petite visite sur le site s'impose.

14 commentaires:

  1. Ha, ces ancêtres qui ont la bougeotte ... Ils nous font leur courir après
    Le Tonkin ... une des ancêtres de ma moitié y est née ... J'ai pris grand plaisir à lire ce billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Et les aventures de Jules Edmond Télémaque ne font que commencer

      Supprimer
  2. Un amoureux du voyage que ce Jules !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il va transmettre son goût des voyages à au moins l'un de ses fils.

      Supprimer
  3. Pour cet épisode dans une terre lointaine le prénom de Télémaque aurait pu être retenu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ! Mais j'ai déjà écrit sur l'un de ses fils que j'ai appelé Télémaque (tous les fils de Jules Edmond Télémaque s'appelaient Télémaque - en plus d'un autre prénom-)
      Merci Fanny pour cette lecture

      Supprimer
  4. Nous aussi nous voyageons grâce à vos écrits. Quel destin surtout pour l'époque !

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours fascinant de découvrir un ancêtre voyageur. Merci pour le voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais tant que l'on puisse réellement voyager... à travers le temps...

      Supprimer
  6. Effectivement, le prénom Télémaque était tout trouvé et correspond bien à son histoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est fou le choix de ce prénom pour ce futur grand voyageur

      Supprimer

Merci pour cette lecture.
Ecrivez moi un petit commentaire, je suis toujours heureuse d'échanger quelques mots avec les personnes cachées derrière les écrans.