mardi 5 novembre 2019

Challenge AZ 2019 - Lettre D


D
Z 2019, rendez-vous annuel de la généalogie et des généablogueurs. Lettre D
Vers C
échirure presque physique qui m’est apparue d’abord si vague, si floue tant je ne voulais pas la voir… Un fossé se creusait entre vos enfants.
Il y avait longtemps mon Père, depuis le premier Noël où nous avons été séparés, que vous saviez que plus rien n’était pareil mais vous vous êtes tu en espérant que Maman ne s’aperçoive de rien.

Je me souviens mon Père de ce jour terrible où nous étions ensemble, inutiles, dans cette pièce si froide, si laide, si inhumaine à contempler votre corps sans vie… Déjà, il s’est passé quelque chose d’étrange… mes sœurs et mon frère, reniflant et pleurnichant, se tenaient à votre gauche et Maman et moi, silencieuses, à votre droite.
Nous ne sommes pas restés très longtemps dans ce lieu sordide.
Dans la petite pièce attenante à cette chambre funèbre, pompeusement appelée salon, le même phénomène un peu curieux s’est reproduit. Mes sœurs et mon frère se sont enlacés en pleurant et en échangeant d’étranges paroles ; ils trouvaient que vous aviez bonne mine, que vos traits semblaient reposés, que vous n’aviez pas du souffrir…
Bientôt, lorsque nous aurons terminé la tête de veau sauce piquante que vous aviez préparée la veille, juste avant de vous endormir pour ne plus jamais vous réveiller, je vais entrer dans ce qui sera sans doute la plus grande fureur de ma vie à cause de la pensée que je jugerai abjecte de mes sœurs et de mon frère qui avaient décidé, sans même lui demander son avis, de placer Maman dans un mouroir… Vous auriez été au moins aussi offusqué que moi mon Père !
Mais pour l’instant, je ne savais rien de tout cela et Maman serrait tendrement la main que j’avais glissée entre les siennes… nos regards se sont croisés, nous avons souri.  Ils ont pensé que nous perdions l'esprit tant la soudaineté de votre disparition nous avait choquées mais c'est qu'ils n’ont pu voir que votre dépouille… ils n’ont jamais su que vous étiez présent dans notre âme et dans notre cœur… Aujourd'hui votre esprit vit toujours dans le mien et je le garderai jusqu’au bout de mon propre chemin.
Je ne sais pas ce que Maman a revécu ce jour si abominable où nous sommes allé vous rendre "la dernière visite", nous n’avons jamais réellement parlé de ce jour terrible mais moi je me souviens encore aujourd’hui de ce moment que j’ai revécu avec vous : J’étais bien jeunette, cheveux au vent, tee-shirt collé sur la poitrine, debout sur les pédales, actionnant de toutes mes petites forces ma superbe bicyclette rouge pour tenter de vous rattraper, vous qui faisiez semblant, la tête dans le guidon, de pédaler à toute vitesse alors que vous m’attendiez… Nous nous sentions si libres, nous étions si vivants et nos rires fusaient, rompant le silence de la route déserte de cette campagne  que vous aimiez tant…

Je te remercie encore aujourd’hui, Papa, pour m’avoir offert cette si belle enfance.

Challenge AZ 2019 - Généalogie - Biographie René Livet




17 commentaires:

  1. vos textes sont de plus en plus "déchirants" !! mais que de vérités dites ....

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce beau texte, plein d'émotions ! (comme les 3 premiers d'ailleurs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire, je suis heureuse que mes textes vous plaisent

      Supprimer
  3. C'est décidément un challenge fort en émotions !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais quoi commenter après la lecture de ton article. Terrible déchirure... terrible moment où se révèlent les gouffres qui nous séparent de nos proches, disparu ou vivant. C'est poignant.

    RépondreSupprimer
  5. Merci mon cher cousin pour toutes tes lectures et tes commentaires toujours très gentils

    RépondreSupprimer
  6. Encore un texte très poignant. J'imagine le courage qu'il vous a fallu pour rédiger ces lignes. C'est triste et beau.

    RépondreSupprimer

Merci pour cette lecture.
Ecrivez moi un petit commentaire, je suis toujours heureuse d'échanger quelques mots avec les personnes cachées derrière les écrans.