14-18 : les hommes de ma généalogie



Morts pour la France









  • Baudot Victor Antoine Marie :
    Caporal au 46è R.I., matricule 894 au recrutement et 5946 au corps, Mort  pour la France à 24 ans, des suites de blessures de guerre le 16 avril 1917 au Bois des Buttes, à Pontavert dans l’Aisne selon  un jugement déclaratif rendu le 04 février 1921 par le tribunal de la Seine et transcrit le 25 mars suivant à Paris à la mairie du 18è arrondissement. Il est inhumé, dans la nécropole nationale de Pontavert dite Beaurepaire, sa tombe porte le n° 2 912. C’est dans ce cimetière que se trouve également un autre de nos combattants, Gaston, René Charles [Voir plus bas]  
    « Excellent gradé, discipliné et courageux. Au cours de l’attaque du 16 avril 1917, a été tué en pansant, sous un violent bombardement, un de ses hommes blessés. Une citation antérieure. Croix de guerre avec étoile d’argent » [Journal Officiel du 13 mai 1920] 
Biographie sommaire Victor Antoine Marie Baudot est né le 28 juillet 1893 dans le 18e arrondissement parisien de Victor et d'Emilie Joséphine Constant. Il se marie le 30 mai 1912 dans le 19e arrondissement de la capitale avec Irma Augustine Pichenot. Ils ont un fils, Victor, né le 07 février 1912 dans le 6e arrondissement qui est adopté par la Nation par jugement du Tribunal de la Seine du 15 mai 1919.
Pour tout savoir -ou presque- à son sujet, suivez le lien : Victor Antoine Baudot, Mort Pour La France 
 
  • Beckrich André Jean : Soldat de 1ère classe du 161e R.I., Mort pour la France le 02
    juin 1918 à Champlat dans la Marne... 24 ans !
      Il est bien noté le 25 juin au journal officiel du 16 octobre 1920 cependant, la date du décès est bien plus probablement celle du 02 juin, trouvée sur le site de Mémoire des Hommes, car dans le journal de marche du 161è R.I. il ne se passe strictement rien le 25 juin 1918 alors que les hommes ont été attaqués par les Allemands le 02 juin. Son décès est transcrit le 27 août 1918 dans les registres de l'Haÿ-les-Roses dans le Val-de-Marne où son nom est gravé sur le monument aux morts. Il est inhumé à Suippes, dans la Marne, dans la nécropole nationale "la ferme de Suippes" au carré 14-18 Epernay", sa tombe porte le n° 729 
 «Soldat de première classe : mitrailleur discipliné et d’une bravoure exemplaire. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. A été tué à son poste de combat, le 25 juin 1918, à Champlat. A été cité »

Biographie sommaire : André Jean Beckrich est né le 30 mars 1894 au domicile de ses parents dans le 13e arrondissement parisien de Jean Marie et de Henriette Blanche Morize. 
 

  • Beckrich Léon : Soldat matricule 1984 de 2e classe au 287è Régiment d'Infanterie, Mort pour la France à La Harazée, sur la commune de Vienne-le-Château dans la Marne, le 17 janvier
    1917, ensevelis sous des décombres. On peut trouver sa tombe, qui porte le n° 244, à la nécropole nationale de Florent-en-Argonne dans la Marne. Attention cependant, son nom a été mal orthographié, il faut le chercher sous le patronyme BeckricK, c'est le même problème sur le site "Mémoire des Hommes"

    « A toujours été un vaillant soldat, faisant constamment preuve de courage et de dévouement. Tombé glorieusement pour la France, le 17 janvier 1917, à La Harazée. » [Journal Officiel de la République Française du 10 septembre 1920]
Biographie sommaire : Léon Beckrich est né le 30 décembre 1877 à Saint-Denis en Seine-St-Denis de Jean et de Madeleine Scheffer. Il se marie le 13 août 1914 à Clichy dans les Hauts-de-Seine avec Léonie Humbert. 
Il est le frère de Louis Charles, décédé durant le conflit mais sans la mention Mort pour la France, il est également le frère de Frédéric et de Pierre qui participe aussi à la Grande Guerre mais qui rentrent vivants (Voir plus bas). Il est également l'oncle de Victor Louis Colignon, Mort pour la France et de Charles Léon Coutin qui rentre à la fin de la guerre.
 Pour tout savoir -ou presque- à son sujet, suivez le lien : Léon Beckrich, Mort pour la France


  • Charles Gaston René : Soldat de seconde classe au sein du 267è R.I. Mort pour la
    France
    , le 16 avril 1917, le jour de son anniversaire ! I est tué à la ferme du Choléra près de Berry-au-Bas dans l'Aisne. 
    Son nom est gravé sur le monument aux morts d’Ivry-sur-Seine, dans le Val de Marne. Il est donc décédé le même jour que Victor Baudot ; ils reposent ensemble dans la nécropole nationale de Beaurepaire, la tombe de Gaston René,  porte le n° 2877.
    « Soldat d’une bravoure éprouvée. Tombé glorieusement pour la France, le 16 avril 1917 à la Ferme du Choléra, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. » 
    Biographie sommaire : Gaston René Charles est né le 16 avril 1891 à Saint-Denis en Seine-St-Denis
    de Louis Paul et de Louise Klein. Il est le frère de Rachel, mon arrière-grand-mère.
    Pour en savoir un peu plus à son sujet, suivez le lien : Gaston Charles fête son dernier anniversaire, Mort pour la France
     
  • Colignon Victor Louis : Soldat matricule 4366 au recrutement du 155e R.I., Mort
    pour la France le 27 mai 1916 à Cumières-Chattancourt dans la Meuse.
    Son nom est mal orthographié sur le site "Mémoire des Hommes", il faut le chercher sous le patronyme CoLLignon, tout comme dans le livre d'or du ministère des pensions.
 « Brave Soldat. Mort glorieusement pour la France à son poste de combat, le 27 mai 1916, à Cumières-Chattancourt »   
Il est titulaire de la croix de guerre avec étoile de bronze [journal officiel du 19 septembre 1920]
 Biographie sommaire Victor Louis Colignon est né le 29 janvier 1884 à Saint-Denis en Seine-St-Denis de Louis André et de Marie Beckrich. Toujours à Saint-Denis, il se marie le 19 août 1914 avec Léa Marie
Emilienne Foreau. Il est le neveu de Léon Mort pour la France [Voir plus haut], Louis Charles décédé durant le conflit mais sans la mention Mort pour la France, de Frédéric et de Pierre Beckrich [voir plus bas] ; il est le cousin de Charles Léon Coutin [voir plus bas]

  • Leferme Georges : Soldat au 151e R.I., Mort pour la France à Revigny dans la Meuse le 08 mars 1916. Grièvement blessé, il a l'estomac perforé et une plaie au foie, il est évacué à l'hôpital temporaire de Révigny où il décède des suites de ses blessures. Il est enterré dans la nécropole nationale de Révigny, sa tombe porte le n° 355.
    Une mention additive peut-être lue sur la transcription de son acte de décès à la date du 03 septembre 1920 sur les registres de Saint-Saulve dans le Nord où il habitait car l’identité de ses parents n’était pas précisée ; il y a tellement de transcription celle année 1920 à Saint-Saulve que l'officier de l'état civil en dresse un tableau spécial à la fin du registre sur lequel figurent 50 noms.
 Biographie sommaire : Georges Leferme est né le 19 avril 888 à Saint-Saulve dans le Nord d'Alexis et de
Rosalie Carlier. Il est l'oncle de Henri Auguste Leferme Mort pour la France qui suit. son nom est gravé sur le monument aux morts de Saint-Saulve et sur les plaques commémoratives dans l'église Saint-Martin... tout comme celui de son neveu.
 

  • Leferme Henri Auguste : Il intègre le 147e R.I. le 31 décembre 1914, il est de la classe 1915, il n'a même pas 20 ans ; il passe soldat de seconde classe le 08 avril 1915.
    Mort pour la France le 20 juin 1915 dans la tranchée de Calonne dans la Meuse.


       « Soldat brave et énergique. Tombé glorieusement pour la France, le 20 juin 1915, à la tranchée de Calonne »  [Journal Officiel du 11 août 1922]

      Biographie sommaire : Henri Auguste Leferme est né le 09 mai 1895 à Saint-

    Saulve dans le Nord d'Alexis Augustin et de Rosalie Cordier. Il est le neveu de Georges Leferme [voir au-dessus] Mort pour la France, son nom est gravé avec celui de son oncle sur le monument aux morts de Saint-Saulve ainsi que sur les plaques commémoratives placées dans l'église Saint-Martin.

     


  • Merda Edmond : Il est déjà aux armées lorsque la guerre éclate ; il passe caporal au 127e R. I. le 07 février 1916. Il est malade et est évacué à l'hôpital complémentaire de Guéret dans la Creuse où il décède le 12 mai 1917. Son nom est gravé sur une plaque fixée à la façade de la mairie d'Avesnes (Sur-Helpe) dans le Nord.
 Biographie sommaire : Edmond Merda est né le 04 mars 1892 à Avesnes dans le Nord de Henri et de Marie Leclercq. Il se marie le 03 février 1912 à Raismes, toujours dans le Nord avec Louise Laurent. Il est le frère
de Paul et Henri Charles [voir plus bas] et le cousin de Laurent Muyllaërt Mort pour la France et du frère de ce dernier, Charles François Muyllaërt, terriblement blessé durant le conflit [voir plus bas]

 

  • Muyllaërt Laurent Hector : Matricule 2 164 au recrutement au 3e bureau de la
    Seine, 2è classe au 237e R.I., Mort pour la France le 14 septembre 1914 à Courbesseaux en Meurthe et Moselle selon jugement du 06 décembre 1917 transcrit le 29 décembre 1917 à Montpothier dans l'Aube.
 « Soldat brave et dévoué. Mort glorieusement pour la France, le 14 septembre 1914 à Courbesseaux » [Journal Officiel du 31 novembre 1921]
  Biographie sommaire : Laurent Hector Muyllaërt est né le 10 août 1881 à Avesnes (sur Helpe) dans le
Nord. Il est le fils de Charles François Muyllaërt et de Hortense Merda. Il se marie le 10 novembre 1900 dans le 13e arrondissement de Paris avec Gabrielle Emilie Lapostre ; au moment du décès, deux filles sont vivantes dont la plus jeune, Laure, née le 25 octobre 1910 est adoptée par la Nation par jugement du Tribunal Civil de la Seine du 02 juillet 1919. Gabrielle Lapostre touchera une pension de veuve de guerre. Il est le cousin de Paul, Henri Charles Merda [voir plus bas] et de leur frère Edmond Mort pour la France [voir plus haut] ; il est le frère de Charles François Muyllaërt, mon arrière-grand-père, cruellement blessé à Cumières [voir plus bas]

  • Nicodex Léon Camille Antonin : Soldat de 2e classe au 89e R.I, Mort pour la
    France le 1er septembre 1914 à Cierges dans la Meuse selon jugement du Tribunal de la Seine du 12 mars 1920 transcrit le 29 avril 1920 dans la ville des Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.
    « Brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 1er septembre 1914, à Cierges, en se portant à l’assaut des positions ennemies » [Journal Officiel du 1er août 1922]
Croix de guerre avec étoile d'argent. Son nom est gravé sur le monument aux morts des Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. 
 Biographie sommaire : Il est né le 26 novembre 1883 dans le 3e arrondissement de Paris de Jean François et de Anne Davezac. Il se marie le 11 juillet 1908 dans le 10e arrondissement de la capitale avec Jeanne Félicie Lapostre









Décédés durant le conflit
sans la mention Mort pour la France

  • Beckrich Louis Charles : Il a juste le temps d'être incorporé au 153e Régiment d'Infanterie avant d'être admis à l'hôpital mixte de Fontainebleau en Seine-et-Marne où il décède le 09 août 1914.
De nombreuses erreurs se sont glissées dans la rédaction de son acte de décès que l'on peut trouver dans les archives de Seine-et-Marne mais elles sont rectifiées par jugement.
 Biographie sommaire :  Il est né le 17 octobre 1883 à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis de Jean et de Madeleine Scheffer, il est donc le frère de Léon Mort pour la France [voir plus haut] et de Frédéric et Pierre Beckrich [voir plus bas] ; il est également l'oncle de Victor Louis Colignon Mort pour la France [voir plus haut] et de Charles Léon Coutin [voir plus bas]
  • Guénée Adolphe Ernest : Le 12 décembre 1914, il rejoint le Service de Garde des Voies de Communication à Paris, secteur A-section A. Le 03 mai 1915, il est temporairement libéré de l'armée mais dès le 12 mai suivant, il rejoint le 37e R.T. I. Cependant, il décède le 26 mai 1915 à l'asile d'aliénés d'Auxerre dans l'Yonne où il a été admis après une tentative de suicide ; il est dit qu'il décède suite à une aliénation mentale.
     Biographie sommaire :  Il est né le 17 novembre 1870 dans le 11e arrondissement de Paris d'Adolphe et de Jeanne Coutantin ; le 23 janvier 1897 dans le 20e arrondissement de la capitale, il épouse Félicie Flavie Lapostre qui est la belle-soeur de Léon Camille Antonin Nicodex Mort pour la France.    
Pour en savoir un peu plus sur lui, suivez le lien : Adolphe Ernest Guénée 


Décédés très longtemps après le conflit
incontestablement des  séquelles
de blessures ou de maladies
de guerre
  •  Leferme Emile Louis Joseph : A la mobilisation générale il rejoint le 27e Régiment d'Infanterie. Le 24 août 1918, il est affecté au 273e Régiment d'Artillerie de Campagne. Il est victime de l'arme chimique et est lourdement gazé ; pensionné pour invalidité, son état ne fait que se dégrader... il décède le 26 décembre 1931 d'une sclérose pulmonaire... incontestablement liée au gaz de 1918. 
  Biographie sommaire : Emile Louis Joseph Leferme est né le 22 janvier 1883 au Quesnoy sur Deûle dans le Nord d’Achille et de Marie Fidéline Prévost ; il  se marie dans sa ville natale le 05 juin 1906 avec Sidonie Madeleine Blieck qui lui donne deux enfants. 




Mon arrière-grand-père
le sergent Charles Muyllaërt
 
Oublié de la Grande Guerre, je crois bien que je suis aujourd'hui, depuis le départ sans retour de ma très chère mère, la seule à me souvenir de lui. Il est le héros de la famille et incontestablement décédé, dans d'atroces souffrances tant physiques que morales, des suites de ses blessures de guerre... Combien y en a-t-il eu comme lui ?

Pour en savoir un peu plus sur lui, suivez le lien : Le sergent Muyllaërt se raconte


Ils sont revenus
  •  Bazile Marcel Jules Léon : Il est rappelé le 07 septembre 1914 et est affecté à la 4e section d'unfirmiers à l'hôpital auxiliaire n° 103. Il passe devant la commission de réforme de Chartres le 22 octobre 1914 qui le maintient aux services auxiliaires mais il est détaché aux ateliers Saint-Pierre-des-Corps par la commission de réforme du 05 décembre suivant. Il finira, de commission en commission, par être réformé, mais après la guerre, et touchera une pension d'invalidité pour tuberculose pulmonaire et pour hernie inguinale gauche.
 Biographie sommaire : Marcel Jules Léon Bazile est né le 09 novembre 1889 dans le 11e arrondissement de Paris de Jules César Léon et de Isabelle Houbre qui finira par abandonner mari et enfants. C'est à Auneau en Eure et Loir, où habite son père, qu'il se fait recenser et qu'il épouse, le 02 décembre 1912, Jeanne Yvonne Grugeon
  • Beckrich Frédéric : Il est rappelé en avril 1915 et affecté au 32e Régiment d'Infanterie qu'il ne rejoint pas, il est classé bon absent puis, le 31 octobre suivant, insoumis ; il est arrêté le 26 décembre 1915 à Paris, dans le 19e arrondissement. Il est classé bon pour le service et doit rejoindre le 32e Régiment Territorial d'Infanterie mais, le 14 avril, il est détaché aux établissements Efrot situés au 23 de la rue Mathis à Paris. Il est renvoyé dans ses foyers le 24 avril 1917.

    Biographie sommaire : Frédéric Beckrich est né le 30 janvier 1867 à Pantin de Jean et de Madeleine Scheffer. Il se marie le 18 mars 1896 dans le 19e arrondissement parisien avec Marie Anne Blandin. Il est le frère de Léon Mort pour la France, de Louis Charles Beckrich décédé lors du conflit mais sans la mention [voir plus haut] et de Pierre Beckrich [voir plus bas] ; il est également l'oncle de Victor Louis Colignon, Mort pour la France [voir plus haut] et de Charles Léon Coutin [voir plus bas]

  • Beckrich Pierre : Il est rappelé à la mobilisation générale et est affecté au Service de Garde des Voies de Communication, secteur A, section A, il est rattaché au 13e Territorial d'Infanterie. Père de six enfants, il est renvoyé dans ses foyers le 14 mai 1915.
 Biographie sommaire : Pierre Beckrich est né le 05 février 1869 à Pantin de Jean et de Madeleine Scheffer. Il se marie le 15 décembre 1894 à Saint-Denis avec Mélanie Lavoisier. Il est le frère de Léon Beckrich Mort pour la France [voir plus haut] de Louis Charles Beckrich décédé durant le conflit mais sans la mention et de Frédéric Beckrich [voir plus haut] ; il est l'oncle de Victor Louis Colignon, Mort pour la France [voir plus haut] et de Charles Léon Coutin [voir plus bas]
  • de Charette Joseph Antoine : Caporal depuis le 24 août 1901, il s'engage volontaire pour la durée de la guerre à Ancenis en Loire Atlantique dès le 04 août 1914. Grièvement blessé à la cuisse droite par une balle de fusil le 08 septembre 1914 à Fère-Champenoise dans la Meuse, il est fait prisonnier et est interné à Cologne. Il est hospitalisé en Suisse le 07 août 1917 et rapatrié et
    évacué à Nantes le 20 novembre 1917. Il est nommé Lieutenant à titre temporaire le 24 décembre 1917. Après une convalescence assez longue et une période de formation, il passe au 65e Régiment d'Infanterie comme instructeur cadre le 05 avril 1918.  Il est cité à l'ordre de la 21e BI n° 124 du 1er décembre 1917 :
    « Officier brave et courageux. Très belle attitude en toutes circonstances » Croix de Guerre avec palme étoile de bronze.
    Il est cité à l'ordre de l'armée [Journal Officiel du 04 mai 1925]
    « Sous lieutenant du 64e Régiment d’Infanterie engagé volontaire pour la durée de la guerre quoique chef d’une nombreuse famille a eu en toutes occasions une très brillante conduite. A été blessé très grièvement blessé le 09 septembre 1914 » Passé au 82e Régiment Territorial d'Infanterie, il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 18 juin 1920.
 Biographie sommaire : Joseph Antoine de Charette est né le 17 janvier 1879 à Nantes de Louis Marie et de Céline Joséphine Cécile de Goyon de Marcé. Il se marie le 19 décembre 1901 à Vannes dans le Morbihan avec Elisabeth Françoise Marie Madeleine de Cambourg. Il décèdera le 08 février 1927 à son domicile 1 Place Louis XVI à Nantes en Loire Atlantique.
  • Chou Lucien : Il est affecté au 174e Régiment d'Infanterie.
 Biographie sommaire : Il est le "Petit Fiancé" de ma grand-mère Germaine Livet. Je possède un très grand
Exemple d'une décoration réalisée par Lucien Chou
nombre des lettres qu'il lui adressait du front. A la lecture de ce courrier il ressort qu'il se plaint beaucoup du froid et de l'ennui... il passe le temps en décorant son papier. Les jeunes gens se connaissent depuis l'enfance... Lucien Chou n'est pas mon grand-père.


  • Coutin Charles Léon : A la mobilisation, il est incorporé au 12e Régiment Territorial d'Infanterie. Le 29 avril 1916, il est détaché à la maison Otis Pifre (fabrique d'ascenseur) 1 quai de Seine à Bezons.
 Biographie sommaire : Charles Léon Coutin est né le 18 mai 1878 à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis de Dominique et de Marie Anne Beckrich. Il se marie le 24 avril 1909 à Saint-Denis avec Rosine Victoire Gresner. Il décèdera à Saint-Denis le 30 août 1953.

  • Delompré Georges Joseph : A la mobilisation générale, il rejoint le 36e Régiment d'Infanterie et passe le 29 mars 1915 au 128e. Le 14 mai 1917, il est cité à l'ordre n° 185 du régiment «A toujours rempli avec courage les missions dont il était chargé, particulièrement pendant la période du 30 avril au 06 mai 1917 » Croix de guerre avec étoile de bronze. Le 06 mai 1918 il passe au 119e Régiment d'Infanterie.
 Biographie sommaire : Georges Joseph Delompré est né le 16 août 1886 à Argenteuil dans le Val d'Oise. C'est à Arnouville dans les Yvelines qu'il se marie avec Augustine Livet qui est la belle-sœur de Louis Gabriel Passot [voir plus bas]
  • Duez Charles Joseph : Il est affecté dès le 03 août 1914 au 4e Régiment Territorial d'Infanterie mais il arrive malade et mis en congé de convalescence de trois mois ; il sera finalement retrouvé en région reconquise à Anzin dans le Nord ; ses campagnes contre l'Allemagne se résument donc à la période du 03 au 09 août 1914.
     Biographie sommaire : Charles Joseph Mascret est né le 21 avril 1875 à Jenlain dans le  Nord de Bruon et de Suzanne Descamps. Il se marie le 16 août 1902 à Avesnes (aujourd'hui sur Helpe) dans le Nord. Il est le beau-frère de Edmond et de Fernand Mascret [voir plus bas]
  • de Faucigny-Lucinge Aymon Jean Baptiste Marie : Il s'engage
    volontaire pour la durée de la guerre. il passe capitaine  -de réserve-
    du 24e de Dragons le 15 juillet 1915.
  Biographie sommaire : Aymon de Faucigny-Lucinge est né le 31 mai 1862 de Louis

Charles Rodolphe et de Henriette Victoire Marie Amanda de Mailly. Il épouse, le 02 juillet 1913, Caroline Foster. il décède sans enfant le premier août 1922. Il est titulaire de la Croix de Guerre et de la Légion d'Honneur mais son épouse n'est pas en reste :


Madame de Faucigny-Lucinge, Caroline Foster, épouse d'Aymon Jean Baptiste Marie va personnellement se distinguer durant ce conflit pendant lequel elle s'engage volontaire et suit une formation auprès de la Croix Rouge afin de devenir infirmière ; elle dispense ses bons soins à l'hôpital V.9.81 qui a été installé dans l'ancien hôtel de Rohan alors situé au 35 boulevard des Invalides dans le 7e arrondissement de Paris et dont le chef de service est Madame Curie ; elle reçoit la
médaille d'honneur des épidémies, en or [Journal Officiel du 18 février 1919]. Elle fonde et préside une œuvre d'assistance aux victimes de la guerre sous-marine allant jusqu'à transformer son château en un hôpital de 80 lits qu'elle entretient à ses frais et où elle exerce personnellement comme infirmière. Elle est récompensée par la médaille d'argent de la reconnaissance française.
 

  • de Faucigny-Lucinge Bertrand Gaspard Marie : Né en 1898, il est étudiant lorsqu'il s'engage volontaire et qu'il est affecté le 17 avril 1917 comme soldat de 2e classe au 48e Régiment d'Infanterie. Mais dès le 10 mai suivant, la commission spéciale de réforme de Guingamp le réforme temporairement pour crises d'asthme et il est renvoyé dans ses foyers ; il est maintenu réformé par une commission du 16 aout suivant pour le même motif. Si l'on croit la presse dont "le Gaulois" du 24 novembre 1918, il aurait même fait preuve d'un courage, d'une bravoure et d'un sang-froid merveilleux, ravitaillant en personne dans des circonstances difficiles et les plus périlleuses les premières lignes sur le front d'Italie et que le jeune homme aurait été blessé à la tête le 12 juillet 1918... En tous les cas, c'est bien le Consul Général de France à Milan qui le réforme, le 30 avril 1918 pour "emphysème pulmonaire très prononcé accompagné de dyspnée et accès d'esthme très violents et ave accidents asphyxiques et tachycardie. Il est ensuite réformé n° 2 par la commission de réforme de Guingamp du 10 avril 1919 pour les mêmes motifs. Ses campagnes contre l'Allemagne, sur sa fiche matricule, se cantonnent du 17 avril 1917 au 12 mai 1917. 
  Biographie sommaire : Bertrand de Faucigny-Lucinge est né le 03 décembre 1898 de Ferdinand [voir plus bas] et de Raphaëlle de Cahen. Il épouse le 28 août 1909 Paule Caroline Mathilde, fille du prince Murat ; dans l'acte de mariage, il est précisé que le futur est titulaire de la Croix de Guerre. Le couple divorce le 21 mai 1926 et Bertrand se remarie le 26 décembre 1917 avec Maria Lydia Hualberta Lloveras.

  • de Faucigny-Lucinge Ferdinand Marie Gaspard Robert Louis : Malade organique du cœur, à la mobilisation générale, il s'engage ; il est réformé le 20 juillet 1916
    pour aortite et impaludisme mais il insiste et maintient son engagement spécial pour la
    durée de la guerre et devient infirmier à l'hôpital complémentaire n° 21 à Guingamp dans les Côtes du Nord où il entre en service le 03 août 1916. Caporal le 14 juillet 1917. Son engagement est résilié le 27 septembre 1917 pour inaptitude physique car son aortite s'est considérablement aggravée durant le service. Aussitôt sa réforme prononcée, il demande à servir dans les cantines du front où il se fait remarquer par son esprit d'organisation, son zèle et son dévouement inlassables. C'est là qu'il se
    distingue plus particulièrement et sa belle conduite lui vaut une citation à l'ordre de l'armée [Journal Officiel du 24 février 1921] Il installe deux hôpitaux chez lui et fait don à Guingamp d'une ambulance automobile et d'un service de radiographie.
     Biographie sommaire : Ferdinand Marie Gaspard Louis de Faucigny-Lucinge est né le 25 mars 1868 dans l'Allier de Charles et de Françoise de Sesmaisons. Il se marie le 09 juillet 1891 avec Elise Clara Raphaëlle de Cahen ; veuf il se marie le 02 juillet 1901 avec May Ephrussi. Il est le père de Bertrand né de sa première union [voir plus haut] ; il est le frère de Gérard Marie Joseph François de Faucigny-Lucinge [voir plus bas]








  •  

  • de Faucigny-Lucinge Gérard Marie Joseph René : Dès le premier avril 1914 le lieutenant de cavalerie territoriale est affecté au service des remontes ; il est passé au 1er Régiment du génie le 14 avril 1914 puis au 3e de Dragons le 26 octobre 1916. Il est nommé capitaine à compter du 20 avril 1918 par décret du 08 mai 1918. Ses campagnes contre l'Allemagne s’étalent du 02 avril 1914 au 28 février 1919.
 Biographie sommaire : Gérard Marie Joseph René de Faucigny-Lucinge est né le 18 décembre 1869 de Charles et de Françoise de Sesmaisons. Il se marie le 28 juin 1897 avec Hélène Elodie Marie de Montesquiou-Fezensac. Il est le père de Humbert François Georges et de Rodolphe Charles Marie de Faucigny-Lucinge [voir plus bas]
  • de Faucigny-Lucinge Humbert François Georges Marie Gérard : Il est né en 1901 et s'engage volontaire pour la durée de la guerre le 30 novembre 1918 et devient canonnier de seconde classe dès le 02 décembre 1918 au 14e régiment d'Artillerie. Il est
    passé au 16e escadron du train au Maroc dès le 02 décembre 1918. Ses campagnes sont notées ainsi : Contre l'Allemagne du 02 décembre 1918 au 16 août 1919 et au Maroc du 17 août 1919 au 2" octobre 1929. Il est nommé brigadier le 23 octobre 1919. Il est titulaire de la médaille coloniale agrafe Maroc et de la médaille commémorative de la Grande Guerre.

Biographie sommaire : Humbert François Georges Marie Gérard est né le 31 mai 1901 de Gérard et de Elodie Marie Hélène Montesquiou. Il est le frère de Rodolphe Charles Marie Gérard de Faucigny-Lucinge et le fils de Gérard Marie Joseph René [voir plus bas] Il se marie le 28 octobre 1924 avec Gisèle Henriette Marie Favier mais divorce le 23 juillet 1930. il se remarie le 24 août 1948 avec Marie Edeleau.

  • de Faucigny-Lucinge Rodolphe Charles Marie Gérard : Il arrive au corps le 17 avril 1917 comme canonnier de 2e classe au 14e Régiment d'Artillerie ; il est soldat de 1ère classe le 25 septembre de la même année ; il passe au 37e Régiment d'Artillerie le 25 mai 1918. Il est nommé brigadier le 25 novembre 1918. Ses campagnes contre l'Allemagne s'étendent du 17 avril 1917 au 23 octobre 1919.
Il est cité à l'ordre du 37e Régiment d'Artillerie le 12 novembre 1918 :  "Modèle du servant téléphoniste toujours volontaire pour les détachements d'observation et de liaison. A fait preuve d'un grand courage particulièrement au cours des attaques des 3 - 4 et 5 novembre où il réussit plusieurs fois à réparer la ligne téléphonique de l'observatoire sous un violent bombardement"
  Biographie sommaire : Rodolphe Charles Marie Gérard de Faucigny-Lucinge est né le 18 mai 1898 de Gérard de Faucigny-Lucinge [voir plus haut] et de Elodie Marie Hélène de Montesquiou. Il est donc également le frère de Humbert de Faucigny-Lucinge [voir plus haut].
  • de Faucigny-Lucinge Rogatien Marie Joseph François : Le lieutenant de Faucigny-Lucinge est rappelé et est nommé Capitaine à titre temporaire au 73e Régiment Territorial d'Infanterie ; il est détaché au 2e groupe d'aviation le 27 mai 1915 puis passe au service de l'aéronautique du Camp Retranché de Paris le 05 février 1916. Un décret du 24 octobre 1916 le nomme capitaine à titre définitif. Il est titulaire de la Médaille Militaire.
 Biographie sommaire : Rogatien Marie Joseph François de Faucigny-Lucinge est né le 18 juillet 1871 de Charles et de Françoise de Sesmaisons. Il se marie le 26 avril 1898 avec Marguerite Pauline Marie de Chastenet de Puysegur.
  • Gaudelas Georges François Marie : Il rejoint le 72e Régiment Territorial d'Infanterie le 03 septembre 1914. Il est passé au 82e R.T.I. le 31 décembre 1915 et est transféré le 17 octobre 1916 aux services auxiliaires par la commission de réforme de Tours pour héméralopie/atrophie choriorétinite et est finalement réformé n° 2 par la commission du 27 janvier 1917 pour choriorétinite périphérique avec légère dégénérescence pigmentaire et héméralopie et regagne ses foyers le lendemain. 
 Biographie sommaire : Georges François Marie Gaudelas est né le 30 juillet 1873 à Lisle dans le Loir-et-Cher de Louis François et de Alphonsine Chevalier. Veuf de Marie Louise Eugénie Courson, il épouse, le 09 février 1907 à Tours en Indre-et-Loire, Caroline Lapote qui est la soeur de Albert Alphonse Lapote [Voir plus bas]

  • Lapostre Jules Henri Joseph : Il rejoint le Service des Gardes des Voies de Communication dès le 1er août 1914 au secteur 13, section K. Il est renvoyé provisoirement dans ses foyers le 10 avril 1915 puis est rappelé et affecté au 35e Régiment d'Infanterie ; il est détaché, le 23 août 1915 à la Compagnie Générale des Omnibus rue Championnet à Paris puis il passe le 17 juillet 1917 au 1er régiment de cuirassiers. Il est considéré comme ayant fait campagnes contre l'Allemagne du 1er août 1914 au 10 avril 1915.

    Biographie sommaire : Jules Henri Joseph Lapostre est né le 30 mars 1871 dans le 18e arrondissement parisien de Pierre Joseph et de Henriette Adèle Joseph Leferme. Veuf de Blanche Marguerite Evrard il se marie le 15 avril 1899 à Vanves dans les Hauts-de-Seine avec Marie Anne Célestine Julienne Paulou.
  • Lapote Albert Adolphe : Il intègre le 10e Régiment Territorial d'Infanterie le 06 août 1914. Il passe caporal le 20 mars de l'année suivante. Il est cité à l'ordre du Régiment « Gradé énergique et courageux par son entrain et son exemple a toujours encouragé ses hommes
    dans l’exécution des travaux en premières lignes »
 Biographie sommaire : Albert Adolphe Lapote est né le 02 janvier 1879 à Tours en Indre-et-Loire de Adolphe et de Caroline Emilie Audemert. Il se marie le 02 mai 1903, toujours à Tours avec Marie Louise Joséphine Cochelin. Il est le frère de Caroline et donc le beau-frère de Georges François Marie Gaudelas. [Voir plus haut]
  • Leferme Arthur Lucien : Rappelé tardivement le 28 avril 1915, il est détaché aux usines Fives Lille à Givors dans le Rhône et est maintenu aux services auxiliaires par les commissions qui examinent son cas.
    Ses campagnes contre l’Allemagne sont résumées ainsi :
    Du 28 avril 1915 au 17 août 1915 : à l’intérieur
    Du 17 août 1915 au 11 novembre 1918 : détaché en usine.
    Biographie sommaire : Arthur Lucien Leferme est né le 30 octobre 1880 à Sébourg dans le Nord de Noël Mathieu et de Marie Clothilde Félicie Cuvelier. Il est le frère de Clovis Noël Leferme [Voir plus bas]
  • Leferme Clovis Noël : Employé des chemins de fer, il est maintenu dans son emploi mais considéré comme appelé sous les drapeaux au titre de la 5e section de chemins de fer de campagne ; il est donc mis à la disposition du réseau du Nord du 02 août 1914 au 1er avril 1919.
 Biographie sommaire : Clovis Noël Leferme est né le 02 mai 1886 à Sebourg dans le Nord de Noël Mathieu et de Marie Clothilde Félicie Cuvelier. Il se marie le 14 novembre 1911, toujours à Sebourg, avec Maria Jeanne Rémy. Il est le frère de Arthur Lucien Leferme [Voir plus haut]
  • Leferme Henri : Il rejoint le 1er Régiment d'Artillerie à pied le 03 août 1914. Il est fait prisonnier le 07 septembre 1914 à Maubeuge et est incarcéré à Munster. Il est rapatrié le 17 décembre 1918.
 Biographie sommaire : Henri Leferme est né le 06 août 1872 à Sebourg dans le Nord de Alexis et de Flore Félicie Godin. C'est à Curgies qu'il épouse, le 21 décembre 1899, Marie Bruyère. Il est le frère de Noé Célestin Leferme [Voir plus bas]
  • Leferme Lucien Léon : Il est le matricule 2 030 au recrutement de Lille. Bien que né en 1899, il est considéré comme ayant fait campagne contre l’Allemagne durant la première guerre mondiale, du 28 juin au 23 octobre 1919. La grande particularité de Lucien Léon est qu’il participera également à la seconde guerre mondiale où il sera l’un des très nombreux prisonniers faits à Dunkerque le premier juin 1940.
 Biographie sommaire : Lucien Léon Leferme est né le 11 septembre 1899 au Quesnoy sur Deûle dans le Nord de Léon Constant et de Rosine Joséphine Gomanne. Il se marie le 14 janvier 1922 à Croix avec Jeanne Bodelot mais ils divorceront le premier décembre 1949. Lucien se remarie le 29 avril 1950 avec Marie Louise Dupriez.
  • Leferme Noé Célestin : A la mobilisation générale, il rejoint le 1er Régiment d'Artillerie à Pied. Il est fait prisonnier à Maubeuge et est conduit à Friedrischfeld où il sera interné. Il est rapatrié le 24 novembre 1918.
 Biographie sommaire : Noé Célestin Leferme est né le 24 mai 1870 à Sebourg dans le Nord d'Alexis et de Flore Félicie Godin. Il est le frère de Henri Leferme [voir plus haut] Il se marie le 21 septembre 1896 à Bry, toujours dans le département du Nord, avec Philomène Vrand.
  • Leloir Augustin Louis : A la mobilisation générale, il rejoint le 43è Régiment d’Infanterie, il est passé au 16è le 10 février 1918 puis au 120è le 16 juin suivant et rejoint le 38è Territorial d’Infanterie le premier décembre de la même année. Il fait partie de ces soldats d’exception qui lui vaut la citation du Régiment n° 74 parue au Journal Officiel du 16 août 1918 « Soldat très courageux et très dévoué a montré la plus belle bravoure en se portant à l’attaque de la lisière d’un bois. A encore été volontaire pour accompagner des reconnaissances offensives » 
 Biographie sommaire : Augustin Louis Leloir est né le 29 novembre 1878 à Salomé dans le Nord d'Augustin Fleury Joseph et d'Henriette Leferme. Il se marie le 25 octobre 1919 à Lille avec Emma Célinie Beremetz.

  • Lepot Léon Désiré François : S’il arrive au corps le 11 août 1914, il doit se présenter dès le 09 octobre suivant devant une commission qui le réforme numéro 2 pour emphysème pulmonaire et le renvoie dans ses foyers. Il sera régulièrement amené à comparaître devant des commissions qui le considérera toujours malade de guerre et réformé définitif et il percevra une pension avec jouissance au 09 octobre 1914.
Biographie sommaire : Léon Désiré François Lepot est né le 07 novembre 1870 à La Bassée dans le Nord de Pierre Joseph et d'Elise Marie Josèphe Leferme. Il se marie le 18 mai 1905 à Loos dans le Nord avec Claudine Adelaïde Duranton. Il se remarie le 31 août 1920 dans le 20e arrondissement de Paris avec Jeanne Eugénie Poudouson.
  • Livet Alphonse Denis François : A la mobilisation générale, il rejoint le 8e Régiment du Génie. Il passe au 1er de Génie le 1er octobre 1915. Le 09 juin 1918, il est très malade, évacué, il est admis à l'hôpital le lendemain où une pleurésie est diagnostiquée ; il restera à l'hôpital jusqu'au 14 février 1919.
 Biographie sommaire : Alphonse Denis François Livet est né le 20 août 1881 à Goupillières dans les Yvelines de Louis et de Clémentine Louise Aimée Soyer. Il se marie le 23 avril 1908 à Osmoy toujours dans les Yvelines avec Angèle Marie Louise Langlois.


  • Livet Charles Léon :
    Il arrive bien au corps, 18e Territorial d'Infanterie, le 14 août 1914 et il est probable qu’il suive effectivement le 18è Régiment Territorial d’Infanterie jusque peut-être la moitié de l’année 1915 mais au cours de cette année, il est évident que personne ne sait où il se trouve, au moins pendant quelques mois.
    A une date indéterminée mais qui ne peut être que durant l’été 1915, il est placé en sursis d’appel jusqu’au 30 septembre 1915 au titre de mécanicien agricole à Soindres, ce sursis est prolongé jusqu’au 15 octobre 1915.
    On pourrait croire donc qu’il est rentré dans ses foyers où du moins que l’exercice de son métier est plus profitable à l’armée que sa présence sous les drapeaux.
    Mais en fait, on s’aperçoit finalement qu’il n’a pas bénéficié de ces deux congés puisqu’il est aux armées à cette époque précise.
    Est-ce à cause de cela, il est passé le premier décembre 1915 à la première division de marche du Maroc ; s’il suit cette division, il ne le fait pas très longtemps puisqu’il est à nouveau mis en sursis du premier mars 1916 jusqu’à la fin du mois au titre de maréchal ferrant à Mantes, par décision ministérielle du 18 février 1916 ; ce sursis va être prolongé, presque de mois en mois jusqu’au 15 mai 1917 puis, finalement, jusqu’au 23 février 1919 qui correspond à la date de sa démobilisation.
    A la rubrique « campagne contre l’Allemagne », l’armée ne sait pas trop quoi écrire non plus et note donc : « aux armées du 14 août 1914 ; sursis jusqu’au 23 février 1919 »
     Biographie sommaire : Charles Léon Livet est né le 17 août 1875 à Soindres dans les Yvelines de Pierre et de Marie Augustine Legendre. Maréchal ferrant, il se marie le 26 juin 1897, toujours à Soindres, avec Berthe Clémentine Legendre. Il est le frère de Pierre Marcel Tessier Livet [voir plus bas] et l'oncle à la mode de Bretagne de Noé Livet [voir plus bas]

  • Livet Noé : Le 07 août 1914, il est réformé n° 2 par la 3e commission de réforme de la Seine pour blessure à la jambe droite. Le premier octobre de la même année, il passe dans la réserve de la territoriale. Le 19 mai 1915, le conseil de révision décide de la classer aux services auxiliaires à cause, toujours, de sa fracture de la jambe droite. Le 12 janvier 1916, il est affecté au G.V.C. secteur A section S qu’il rejoint le dit jour (20e S & N) sous le matricule 6 560.
 Biographie sommaire : Noé Livet est né le 25 décembre 1875 à Versailles dans les Yvelines de Thérèse. Il se marie le 15 avril 1899 dans le 14e arrondissement de Paris avec Emilie Chalvet. Ils sont mes arrière-grands-parents. Il est le neveu à la mode de Bretagne de Charles Léon Livet [voir plus haut] et de Pierre Marcel Tessier Livet [voir plus bas]
  • Livet Pierre Marcel Tessier : Il rejoint le 11e Régiment d'Artillerie le 06 août 1914. Il passe au 120e d'Artillerie le premier novembre 1915 puis au 132e le premier mars 1918.
Biographie sommaire : Pierre Marcel Tessier Livet est né le 11 août 1887 à Soindres dans les Yvelines de Pierre et de Marie Augustine Legendre. Il se marie le 22 novembre 1922 à Behoust aussi dans les Yvelines avec Thérèse Eugénie Guérin. Il est l'oncle à la mode de Bretagne de Noé Livet [voir plus haut] et le frère de Charles Léon Livet [voir plus haut]
  • Mascret Edmond : A la mobilisation générale, le Caporal Edmond Mascret rejoint le 4e Régiment Territorial d'Infanterie. Dès le 09 août, il est malade et est envoyé en convalescence pour trois mois à Avesnes-sur-Helpe mais la région est bientôt envahie par l’ennemi ; il restera en pays envahi pendant toute la durée des hostilités.
 Biographie sommaire : Edmond Mascret est né le 05 juillet 1877 à Avesnes (sur Helpe) dans le Nord, il sera reconnu par Arthur Mascret lorsque ce dernier épousera sa mère, Nathalie Rahïr. Il se marie le 16 août 1902, toujours à Avesnes, avec Jeanne Aurélie Léontine Bertrand. Il est le frère de Fernand Mascret [voir plus bas] et le beau-frère de Charles Joseph Duez [voir plus haut]
  • Mascret Fernand : Le Sergent Fernand Mascret rejoint le 4e Régiment Territorial d'Infanterie le 08 août 1914 où se trouve son frère. Le 07 septembre suivant, il est fait prisonnier à la capitulation de Maubeuge et est interné au camp de Minden en Allemagne. Il est rapatrié le 12 décembre 1918.
 Biographie sommaire : Fernand Mascret est né le 11 février 1881 à Avesnes (sur Helpe) dans le Nord de Nathalie Rahïr mais il est reconnu et légitimé par Arthur Mascret lorsque ce dernier épouse sa mère. Il se marie le 31 décembre 1904 à Conde-sur-l'Escaut, aussi dans le Nord, avec Marie Dubreucq ; ce mariage lui permet de reconnaître et de légitimer deux enfants. Il est le frère de Edmond Mascret et le beau-frère de Charles Joseph Duez [voir plus haut]
  • Merda Henri Charles : Il rejoint, à la mobilisation générale, le 4e Régiment Territorial d'Infanterie et est fait prisonnier à la capitulation de Maubeuge. Il est interné au camp de Munster. Il est rapatrié le 12 novembre 1918.
 Biographie sommaire : Henri Charles Merda est né le 16 février 1901 à Avesnes (sur Helpe) dans le Nord de Henri et de Marie Leclercq. Il se marie le 18 juin 1901, toujours à Avesnes, avec Schlolastique Buissé. Il est le frère de Paul Merda [voir plus bas], de Edmond Merda Mort pour la France [voir plus haut] et le cousin germain de Laurent Hector Muyllaërt Mort pour la France [voir plus haut] et du frère de ce dernier, Charles Muyllaërt, décédé des années après de ses blessures de guerre [voir plus haut]
  • Merda Paul : Il rejoint le 164e d'Infanterie à la mobilisation générale et est affecté à la défense de Verdun. Le 15 janvier 1916, il est passé au 330e. Le 14 juillet 1916, il est blessé à Auberive en Haute-Marne et se retrouve avec une vilaine plaie à la main. Le 16 septembre 1918, il passe au 164e, le 330e étant dissout.
 Biographie sommaire : Paul Merda est né le 23 septembre 1880 à Avesnes (sur Helpe) dans le Nord de  Henri et de Marie Leclercq. Il se marie dans sa ville natale, le 10 février 1923 avec Marie Clotilde Derson. Il est le frère de Henri Charles Merda [voir plus haut] et de Edmond Merda Mort pour la France [voir plus haut] et est le cousin de Laurent Hector Muyllaërt [voir plus haut] et de Charles Muyllaërt [voir plus haut]
  • Montenach Henri : Déjà réserviste de la Territoriale, il est rappelé le 22 mai 1915. Il rejoint le 114e Régiment Territorial d'Infanterie le 29 décembre 1915. En 1916, il s'ennuie beaucoup, "perd la tête" et l'écrit,  à sa nièce, ma future grand-mère, Germaine Livet ; je possède ses lettres. Il est passé au 72e de la Territoriale le 16 avril 1917 et est affecté au 1er groupe d'aviation le 09 août suivant, à l'école de Vineuil, parce qu'il est mécanicien. Père de 6 enfants vivants, il rejoint ses foyers le... 06 novembre 1918.
 Biographie sommaire : Henri Montenach est né le 27 mai 1872 dans le 1er arrondissement de Paris de François et de Catherine Engelmann. Il est veuf de Félicité Cointo qui lui a donné un fils, Lucien Montenach [voir plus bas]. Il se marie le 14 décembre 1901 dans le 14e arrondissement de la capitale avec Louise Chalvet. Ainsi, il devient le beau-frère de Noé Livet, mon arrière-grand-père [voir plus haut], celui de Jules Emile Sirejean [voir plus bas] et l'oncle de Georges Sirejean [voir plus bas].

  • Montenach Lucien : Il rejoint l'aviation militaire le 04 septembre 1917 comme mécanicien et rejoint donc son père ; il n'a pas encore 20 ans ! 
 Biographie sommaire : Lucien Montenach est né le 13 décembre 1897 dans le 14e arrondissement de Paris de Henri Montenach [voir plus haut] et de Félicité Elisabeth Cointo qui est décédée le 28 février 1900 ; il est donc élevé, dès sa tendre enfance, par sa belle-mère, Louise Chalvet, qui le considèrera toujours comme son fils. Il est donc le neveu de Noé Livet [voir plus haut], celui de Jules Emile Sirejean [voir plus bas] et le cousin de Georges Sirejean [voir plus bas]. Revenu de la Grande Guerre sans encombre, il sera victime d'un terrible accident d'aviation le 25 juillet 1920 à Montpothier dans l'Hérault.
  • Naudin Ernest Hippolyte : Il est de la classe de 1893 et son emploi d’homme d’équipe au chemin de fer de l’Est lui vaudra d’être maintenu, à la mobilisation, à son poste de temps de paix au titre des subdivisions complémentaires territoriales des sections de chemin de fer de campagne ; il fait donc campagne contre l’Allemagne du 02 août 1914 au 18 janvier 1819.
 Biographie sommaire : Ernest Hippolyte Naudin est né le 08 novembre 1873 à Buchères dans l'Aube de Marc Guy et de Marie Thérèse Rédon. Il se marie le 13 décembre 1897 à l'Isle Aumont, toujours dans l'Aube, avec Marie Anne Joséphine Louise Charles ce qui le fait devenir un cousin éloigné de Gustave René Charles, mon arrière-grand-oncle Mort pour la France le jour de son anniversaire [voir plus haut].
  • Noval Théodule Albert : Il est reconnu bon pour le service par la commission spéciale de Pont-Audemer dans l'Eure le 27 avril 1917, il a déjà 28 ans, n'a jamais fait de service militaire dont il a encore une fois été exempté le 17 décembre 1914 par le conseil de révision de l'Eure. Il rejoint le 103e Régiment d'Artillerie Lourde le 24 mai 1917. Il passe au 107e d'Artillerie Lourde le 1er avril 1918 puis, le 03 mai suivant au 136e. Il est considéré comme ayant été aux armées du 23 mai 1917 au 1er avril 1918, à l'intérieur du 02 avril au 08 avril 1918 puis aux armées du 09 avril au 07 décembre 1918.
Biographie sommaire : Théodule Albert Noval est né le 17 septembre 1879 à Flancourt dans l'Eure de Grégoire et de Justine Ludivine Désirée Bienvenu. Il se marie le 06 février 1904 à Brestol, aussi dans l'Eure, avec Marie Thérèse Moulin. De ce mariage dont les partenaires ne vivront, semble-t-il, jamais sous le même toit, vont naître trois filles dont Blanche qui deviendra ma grand-tante par son mariage avec Emile Livet. Marie Thérèse Moulin finira par demander le divorce qui sera prononcé le 20 avril 1911 et Théodule lui versera une pension de 30 F par mois.
  • Noyon Albert Emile Alexandre : Il est soldat de seconde classe au 4è Régiment d’Infanterie Territorial et est fait prisonnier lors de la reddition de Maubeuge, le 07 septembre 1914 ; il est interné au camps de Münster et rapatrié le 02 décembre 1918. 
 Biographie sommaire : Albert Emile Alexandre Noyon est né le 12 février 1873 à Maubeuge dans le Nord de Victor et de Céline Bourguignon. Il se marie le 1er septembre à Maubeuge avec Alix Marie Mignon qui est divorcée de Ferdinand Jouniaux depuis le 26 décembre 1901. Albert Emile Alexandre Noyon a quelques démêlés avec la justice pour différents motifs dont une condamnation à 8 jours de prison prononcée par le Tribunal Civil d'Avesnes pour complicité d'adultère.
  • Passot Louis Gabriel : A la mobilisation générale, il rejoint la 24e section des Commis et Ouvriers d'Administration (C.O.A.). Le 12 janvier 1916, il passe à la 13e section des C.O.A. Le 05 février suivant, il est reconnu inapte à l'infanterie et est maintenu au C.O.A. par la commission de réforme de Moulins dans l'Allier. Le 04 décembre 1916, il passe à la 15e section. Le 02 novembre 1917, il est déclaré inapte définitif aux unités combattantes par décision de la commission de réforme de Florina (Macédoine) pour bronchite chronique. Maintenu au corps, il est classé aux services auxiliaires. Le 02 avril 1918, il est maintenu aux services auxiliaires pour bronchite et emphysème par la commission spéciale de Marseille. Le 11 juin 1918 il est de nouveau intégré à la 13e section des C.O.A. Le 07 septembre 1918, il est mis en sursis d’appel jusqu’au 15 décembre 1918 au titre de la boulangerie ; il semble même être à Poissy dans les Yvelines, sans doute dans la boulangerie où il travaillait avant sa mobilisation ; ce sursis sera prolongé jusqu’au 13 juin 1919.
Biographie sommaire : Louis Gabriel Passot est né le 21 juin 1885 à Thoiry dans les Yvelines de Antoine et de Marie Ludivine Bonnard. Il se marie le 26 juin 1909 à Arnouville, toujours dans les Yvelines, avec Louise Livet dont la sœur est l'épouse de Georges Joseph Delompré [voir plus haut] ; les deux sœurs Livet sont les cousines de Noé Livet [voir plus haut]
  • Rahïr (Raïre) Albert : A la mobilisation générale, il est affecté au 1er escadron du train des équipages militaires mais il se trouve en pays envahi. Il est considéré comme ayant fait campagne contre l'Allemagne du 04 au 09 août 1914.
 Biographie sommaire : Albert Rahïr (Raïre) est né le 27 mars 1867 à Maubeuge dans le Nord de Victor Jean-Baptiste et de Charlotte Barcq. Il est le frère d'Alphonse Rahïr [voir plus bas] et est plus ou moins cousin des autres Rahïr [voir plus bas] ainsi que des Mascret [voir plus haut]
  • Rahïr Alphonse : A la mobilisation générale, il  est sans affectation et est laissé en pays envahi et replacé dans sa situation antérieure aux services auxiliaires où il avait été placé en 1898 à cause d’une sur-luxation de l’épaule gauche… il a été un peu oublié.
 Biographie sommaire : Alphonse Rahïr est né le 09 mai 1878 à Maubeuge dans le Nord de Victor Jean-Baptiste et de Charlotte Bracq. C'est dans sa ville natale qu'il se marie, le 05 janvier 1907 avec Madeleine Louise Eugénie Tainsmont. Tous les  Rahïr  [voir plus bas] sont plus ou moins cousins, ils le sont aussi des frères Mascret [voir plus haut]
  • Rahïr Eugène : il arrive au régiment de Maubeuge ; il avait été affecté en 1903 aux services auxiliaires en raison de sa « faiblesse » après avoir été ajourné en 1901 et 1902. Il est considéré comme ayant fait campagne contre l’Allemagne du 03 août au 06 septembre 1914 mais il est précisé qu’il est resté en pays envahi à la reddition de Maubeuge, il n'a donc pas été fait prisonnier.
      
    Biographie sommaire : Eugène Rahïr est né le 05 juin 1880 à Maubeuge dans le Nord de Eugène et de Juliette Marie Fermaux. Il se marie dans cette ville le 23 janvier 1904 avec Laure Lucie Louise Ruide. 
  • Rahïr Fernand Louis : Il est blessé, le 20 mars 1916, à la jambe gauche qui lui vaudra une invalidité fixée à moins de 10 %
 Biographie sommaire : Fernand Louis Rahïr est né le 25 mars 1883 à Maubeuge dans le Nord de Alexandre Noël et de Ambroisine Demoustier. C'est toujours dans le Nord mais à Mairieux qu'il se marie, le 19 octobre 1907, avec Elise Marie Hannecart.
  • Rahïr (Rahyr) Gustave Auguste : Engagé volontaire depuis le 12 mars 1888, il est au sein du 1er Régiment d'Infanterie à la mobilisation générale. Il reçoit la Médaille Militaire le 30 décembre 1914. Il est promu officier d'administration de 2e classe,

    contrôleur d'armes au parc d'artillerie de Douai, annexe de Maubeuge et sera fait chevalier de la Légion d'Honneur le 12 juillet 1913.
Biographie sommaire : Gustave Auguste Rahyr est né le 13 août 1867 à Rousies dans le Nord de Augustin et de Désirée Carnaux. Au sein du 140e Régiment d'Infanterie en garnison à Grenoble, il y épouse Marie Bernard, la fille du cantinier ; le mariage est célébré le 12 février mais sera suivi d'un divorce prononcé le 17 juillet 1907.
  • Rahïr Jules : Il rejoint le 19e Escadron du train le 12 septembre 1914. Le 27 février 1915, une commission spéciale de Périgueux le réforme n° 2 pour mutilation. La commission de réforme de la Seine le juge cependant apte à rejoindre les services auxiliaires ; il est affecté au 1er Régiment de Génie qu'il ne rejoint pas. Il est finalement mis en sursis à la maison Richard, au 80 rue Taitbout dans le 9e arrondissement de Paris. Il passe au 1er Régiment de cuirassiers le 1er juillet 1917.
Biographie sommaire : Jules Rahïr est né le 14 septembre 1881 à Tourcoing de Désiré et de Philomène Dophie Dehu. C'est à Saint-Ouen en région parisienne qu'il se marie, le 15 décembre 1906 avec Eléonore Robineau. Très jeune, Jules Rahïr avait fait parler de lui dans les journaux mais...
  • Rahïr Marcellin Joseph Auguste : Militaire de carrière, le Sergent Rahïr est au sein du 9e Régiment de Génie. Il reçois la Médaille Militaire le 18 mai 1915 et est titulaire de la Croix

    de Guerre avec palme et étoile d'argent. Il est nommé adjudant le 15 avril 1917. Il ne quittera jamais l'armée et, en temps de guerre comme en temps de paix, il se dévoue toujours.








    Il a également fait campagne contre l'Algérie du 20 décembre 1911 au 04 avril 1912.

 Biographie sommaire : Marcelin Joseph Auguste Rahïr est né le 25 juillet 1890 à Saint-Etienne dans le département de la Loire de Thircis Joseph qui est alors contrôleur d'armes à la manufacture de Saint-Etienne et de Augustine Thérèse Monot. Le père de Marcellin finira sa carrière comme officier d'administration, il sera décoré de la médaille d'argent de l'ordre de Saint-Stanislas qui lui sera conféré le 22 juin 1896 par l'Empereur de Russie et sera fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 30 décembre 1909. Marcelin se marie à Echeroz-la-Méline en Haute-Saône le 27 août 1918 avec Olga Marcelle Yvonne Bourdon. Il est le frère de Thircis Marcellin Rahïr [voir plus bas] Il dépose une plainte contre le journal "l'Humanité" mais ce sera son épouse qui se portera partie civile au procès qui s'ensuivra car le bienfaisant Marcellin décède accidentellement à Metz le 18 octobre 1932.
  • Rahïr Paul : Jusque là toujours ajourné pour faiblesse, il est affecté aux services auxiliaires par la commission de la Seine du 27 octobre 1914. Le 15 juillet 1915, il est affecté aux ateliers de la maison J. Léons au 112 Avenue de la République à Paris. Le 16 août de cette même année 1915, il est affecté au 84e Régiment d'Infanterie qu'il ne rejoint pas. Le 1er juillet 1917, il passe au 1er de Zouaves.
    Biographie sommaire : Paul Rahïr est né le 17 février 1882 à Maubeuge dans le Nord de Edouard et de Juliette Joséphine Philippart. Il se marie le 31 août 1908 dans le 15e arrondissement parisien avec Philomène Morin.
  • Rahïr Thircis Marcellin : Il est promu officier d'administration de 3e classe le 02 août 1914 et affecté au groupe de brancardiers divisionnaire 123. Le 12 octobre 1914, il est affecté à la réserve sanitaire de Troyes.Le 11 novembre 1914, il est affecté à l'ambulance 91. Le 18 septembre 1915, il rejoint le groupe de brancardiers divisionnaire 124. Le premier août 1916, Thircis est promu officier d'administration de 2e classe. Il va faire une belle carrière dans l'armée et va connaître, activement, la seconde guerre mondiale.
 Biographie sommaire : Thircis Marcellin Rahïr est né le 03 mars 1888 à Saint-Etienne dans la Loire où sont père est alors contrôleur d'armes à la manufacture où son père était déjà employé ainsi que l'un de ses oncles. Son père est Thircis Joseph et sa mère Augustine Thérèse Monot, il est le frère aîné de Marcellin Joseph Auguste Rahïr [voir plus haut]
  • Sirejean Georges : Il est mobilisé le premier septembre 1914.
 Biographie sommaire : Georges Sirejean est né le 24 juillet 1894 dans le 14e arrondissement de Paris de Alexandre Georges et de Louise Chalvet. Il se marie le 24 juillet 1917 toujours dans le 14e arrondissement avec Aspasie Jeanne Gouré. Il est le neveu de Jules Emile Sirejean [voir plus bas], celui de Henri Montenach [voir plus haut], de Noé Livet [voir plus haut] et le cousin de Lucien Montenach [voir plus haut]
  • Sirejean Jules Emile : Il est rappelé le 25 mars 1915 et rejoint le 29e Régiment Territorial d'Infanterie mais, le 26 avril suivant, la commission de Dreux le réforme n° 2 pour tuberculose pulmonaire. 
 Biographie sommaire : Jules Emile Sirejean est né, comme son frère Alexandre Georges qui est le père de Georges Sirejean [voir plus haut] le 07 septembre 1872 à Poissy dans les Yvelines de Jules Arthur et de Rosalie Modeste Marie Guillemard. Il est l'oncle de Lucien Montenach [voir plus haut] et le beau-frère de Noé Livet et de Henri Montenach [voir plus haut] Il ne se marie pas. Il décède le 08 décembre 1918 à l'hôpital Necker ; son frère Alexandre Georges décèdera à l'hôpital Cochin le 10 décembre de l'année suivante et leur frère Emmanuel est mort le 25 novembre 1913 à l'hôpital Broussais.

Quelques tableaux pour appréhender quelques liens de parenté : 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour cette lecture.
Ecrivez moi un petit commentaire, je suis toujours heureuse d'échanger quelques mots avec les personnes cachées derrière les écrans.